Comment reconnaître un zombie ?

 

1- Vous vous apprêtez à croiser un individu à la bouche et au menton barbouillés de rouge ? S’il ne sort pas directement d’un restaurant italien, où il aurait pu savourer avec empressement un plat de spaghetti bolognaise, c’est sans doute un zombie qui vient de se nourrir. Ne croyez pas pour autant qu’il soit rassasié, les zombies sont insatiables. Changez de trottoir et pressez le pas.

2- Soudain, un inconnu se précipite vers vous les bras tendus, en gémissant, sans même un bouquet de fleurs à la main ? Il y a peu de chances qu’il souffre d’un manque d’affection et qu’il veuille vous faire un câlin. Fuyez, c’est sûrement un zombie.

3- Un homme ou une femme qui vous suit du regard avec les yeux injectés de sang, l’iris blanchâtre et la pupille rétractée ? Méfiez-vous, il ne s’agit pas forcément d’une simple conjonctivite aigüe. Présentez-lui (de loin) quelques doigts et demandez-lui combien il en voit. S’il ne répond rien d’intelligible, c’est un zombie.

4- Un homme hagard qui présente des troubles évidents de la motricité ? Qui déambule le pied de travers, les bras ballants, la bouche entrouverte en bavant ? Il peut s’agir d’une personne handicapée mais, dans le doute, ne vous approchez pas trop de lui.

5- Un groupe de personnes en haillons déambulent ensemble d’un pas mécanique et désarticulé, comme exécutant une chorégraphie contemporaine ? S’il n’y a nulle présence d’une équipe de tournage dans les parages, il ne s’agit sûrement pas d’un remake du clip « Thriller » de Michael Jackson. Fuyez.

6- Un groupe d’individus parfaitement immobiles attendent plantés au milieu de la rue, le regard dans le vide ? Ce n’est sans doute pas un flash-mob mais des zombies en mode veille attendant un stimulus sensoriel. Arrangez-vous pour ne pas être ce stimulus.

7- Une personne qui ne semble pas incommodée de la hache plantée dans son dos, traînant avec insouciance ses boyaux derrière elle, criblée de trous de balles ou fraichement amputée d’un bras qui avance sans se plaindre ? Pas de doute, c’est un zombie.

8- Votre voisin a la peau excessivement ridée, nécrosée, verdâtre, il semble avoir développé une maladie dermatologique grave qui lui fait paraître 150 ans au lieu de 30 ? De plus, il dégage une odeur pestilentielle, déambule accompagné d’une colonie de mouches bleues et des asticots lui sortent par les oreilles et les narines ? C’est un zombie, évitez de l’inviter pour l’apéritif, c’est vous qui serviriez d’amuse-gueule.

 

Que faire quand vous avez oublié votre vêtement de protection ZomBe ?

 

1- Les zombies ont le sens de l’ouïe normalement développé, saufs ceux qui n’ont plus d’oreilles. Soyez silencieux. Evitez de vous promener avec un trousseau de clés accroché à la ceinture ou dans votre sac à main. Evitez aussi les aliments qui provoquent des flatulences.

2- En prévision des cas où la confrontation semble inévitable, préférez les armes blanches aux armes à feu bruyantes qui risqueraient d’attirer d’autres zombies. Et parmi les armes blanches, préférez les objets contondants aux objets tranchants avec lesquels vous pourriez vous blesser. Il serait stupide de mourir d’une simple infection.

3- Portez des chaussures confortables et pratiques pour courir, sauter et escalader. Si les escarpins à talon aiguille peuvent être utiles comme arme blanche, ils sont incommodes et comprennent des risques de foulure de la cheville.

4- Gardez toujours un spray buccal à portée de main pour vaporiser la bouche des zombies qui vous approcheraient de trop près, les morts-vivants ont mauvaise haleine.

5- Trouvez un refuge sûr, de préférence hors des zones urbaines à forte démographie (astuce : une ancienne communauté végétarienne est idéale, les zombies gardent certaines habitudes alimentaires).

6- Ne cherchez pas à discuter avec un zombie. Ne tentez pas de le raisonner, n’essayez pas de lui faire prendre conscience de la nature paradoxale de son non-être ou de le questionner sur ses éventuels projets de non-vie. Pas la peine non plus de tenter de le convaincre qu’une alimentation trop riche en protéines peut être nuisible à sa santé, ni de lui demander s’il éprouve des remords à l’idée d’avoir mangé votre sœur, votre beau-frère et leur labrador.

7- Ne faites pas confiance au premier venu, tous les survivants ne sont pas forcément bien intentionnés. Ne comptez que sur vous-même. N'attendez pas l'aide des forces de l'ordre ou des services de secours, ils sont sûrement occupés à sauver leur peau.

Bonne chance.